Pour une écologie politique de rupture

En cette période de congrès, EELV  a besoin de retrouver sa raison d’être, de réfléchir à son efficacité en tant que parti politique.

Nous  avons perdu notre capacité à être en avance sur notre temps. Nous  sommes devenus un repaire de  « gestionnaires » qui agissent à court terme et  finissent par se battre pour  les postes au détriment du projet. Il est des  congrès où ce qui fonde notre  action doit être reconsidéré. Et le congrès de  novembre en est  un.

La préservation des espaces remarquables
comme la tourbière du Luitel
doit se conjuguer avec
la protection de la nature ordinaire
Certains estiment que nos fondamentaux  ne sont plus à l’ordre du jour, qu’ils ont été  gravés dans le marbre une fois  pour toutes et qu’il n’est nul besoin d’y  revenir. Ce n’est pas l’avis d’Avenir  Ecolo.

Lorsque nous  assistons à des glissements sémantiques du style  « la croissance ou la relance verte », alors que toute notre action est fondée  sur l’affirmation qu’une  croissance infinie dans un monde fini est impossible, on a le devoir de réagir, sinon qui le fera ?

Quand  dans l’accord PS-EELV  la protection de la nature passe aux oubliettes, alors  que  la remise en cause de  notre rapport à la nature est sans doute une des causes premières des problèmes sociaux et économiques que nous traversons, on  a le devoir de réagir, sinon qui le fera ?



Graminées et herbacées sous oliviers séculaires
Quand  l’agriculture ne fait même pas l’objet d’un forum  aux Journées d’été de Marseille, quand nos  parlementaires cautionnent la métropolisation, à l’opposé  des territoires conviviaux à taille humaine, on  peut légitiment  s’inquiéter, sinon qui le fera ?

Un texte qui à fait le choix de reposer toutes ces  questions  loin des sentiers  battus, loin des motions « patchwork» ciselées avec  tous les mots-clefs, les  phrases, les thèmes  que chacun s'attend à trouver.

Si,  comme nous, à Avenir Ecolo, vous estimez que nous  avons besoin de réaffirmer  nos fondamentaux, seule boussole capable de fixer un  cap, signez et faites  signer la motion Avenir Ecolo, une motion de « militant/es de base ».

D'après Alexandre JURADO

Aucun commentaire:

Publier un commentaire